Publié le

Pierre-Etienne Léon – Toscane

Pierre-Etienne LÉON, “ l’orfèvre ” en matière d’acoustique, depuis presque 40 ans, nous propose sa dernière réalisation, la Toscane.

La Toscane, c’est un changement dans la continuité. Dans la vie on doit nécessairement évoluer. Néanmoins, il ne faut pas abandonner les recettes qui ont fait votre succès. Ou comment sortir des sentiers battus de l’enceinte colonne traditionnelle…

Benjamine de la gamme, Toscane bénéficie des derniers travaux effectués pour le développement de la Kantor S3.2, elle en reprend les grands principes et s’inscrit de par ses performances dans la lignée des autres modèles.

Toscane est donc révélatrice d’idées encore plus abouties et d’un désir d’aller toujours plus loin, tout en conservant l’acquis des précédents modèles. La démarche qui a présidé à la conception de Toscane, c’était de réaliser la meilleure enceinte qui soit pour ce prix. C’est quand on se fixe des limites que l’objectif est le plus dur à atteindre, toujours obligé de flirter avec le cahier des charges. Dans les limites que Pierre-Etienne Léon c’était imposé, il devait chercher à mener l’optimisation la plus aboutie, tirer le maximum des composants en ne laissant rien de côté. L’argument commercial de la petite enceinte qui a le son d’une grande est naturellement suspect mais en concevant Toscane, Pierre-Etienne a mis en œuvre beaucoup de moyens pour que ce discours corresponde à la réalité. Le contraste entre la taille de Toscane sa musicalité et son ampleur sonore est saisissant.

Principe de charge interne « Cross-Flow ». Ce système est composé de deux cavités couplées acoustiquement ( parois non parallèles, renforts internes ), créant une régulation du flux d’ondes à l’intérieur de l’enceinte tout en équilibrant la pression derrière les haut-parleurs médium/grave. Ce principe jugule les effets d’ondes stationnaires, évitant ainsi toute  coloration  indésirable. De plus, l’accord rigoureux de ces deux cavités autorise une réponse très étendue dans le registre grave avec beaucoup de lisibilité et une excellente linéarité sur l’ensemble du spectre. Le cloisonnement interne du principe « Cross-Flow » contribue aussi à sous tendre mécaniquement les parois opposées, limitant tous risques de distorsion indésirable dues à des nœuds de vibrations incontrôlés.

Le filtre à déphasage minimum de type couplage direct sans circuit imprimé, n’altère pas le signal et assure une impédance régulière. Ce filtre a fait l’objet d’attentions particulières quant au choix des composants. Ceux-ci ont été sélectionnés parmi les meilleurs pour leurs performances techniques mais surtout pour leurs résultats à l’écoute. Le filtre est relié directement  aux connecteurs. Le câblage interne utilise du cuivre OCC, et cuivre/argent sous isolant PTFE.

Le tweeter est équipé d’une membrane en double anneau avec ogive guide d’onde, ce diaphragme très fin ultra léger est en soie imprégnée. Ce tweeter se caractérise par une réponse en fréquence très linéaire étendue jusqu’à plus de 26Khz avec un excellent contrôle de la directivité. Ce tweeter d’une neutralité exceptionnelle est capable de retranscrire les harmoniques supérieures avec une rare richesse de timbres. La bobine mobile est entourée par un puissant circuit magnétique. Ce circuit est ouvert en son centre et une cavité amortissante est située à l’arrière de celui-ci afin de diminuer la distorsion harmonique de façon conséquente. 

Les haut-parleurs médium/grave de 13 cm utilisent un cône convexe en  composite polypropylène/carbone. Ces membranes possèdent un excellent amortissement interne et sont acoustiquement neutres et légères. Ces haut-parleurs sont dotés d’un champ magnétique puissant  mettant en mouvement une bobine mobile de diamètre 26 mm sur support kapton. La pièce polaire centrale possède une bague en cuivre afin de réduire la distorsion. Le châssis en alliage amagnétique anti-résonant et le circuit magnétique haute intensité complètent la structure de ces haut-parleurs originaux. La disposition symétrique des haut-parleurs permet d’obtenir une image stéréophonique large et profonde avec un grand respect de la phase.

Comme les autres modèles de la gamme, les Toscane sont assemblées et contrôlées par paires par Pierre-Etienne, afin d’obtenir des mesures identiques sur les deux enceintes.

Caractéristiques techniques :
Sensibilité 90 dB / 2.83 volts/1m,
Réponse en fréquence : 35 Hz à 24 KHz,
Impédance nominale : 4 ohms,
Puissance admissible : 90 Watts,
Dimensions : H 100 x P 29,5 x L 16 cm,
Poids unitaire : 19,5 Kg.

A l’écoute, c’est d’abord l’ampleur du grave qui surprend, il est profond, ample, très neutre et en même temps agréablement vivant, mais les autres points forts de la Toscane ce sont aussi le bas médium et le médium/aigu qui sortent de l’ordinaire. On y trouve une franchise, une spontanéité, un équilibre et une liberté qui sont habituellement l’apanage de systèmes beaucoup plus volumineux. En matière de scène sonore, elles offrent une image grandeur nature qui apporte une sensation de relief très rare dans cette catégorie de prix.

Publié le

Hegel – Röst

Le RÖST jette les bases de l’intégré de demain, moderne, évolutif et avant tout musical. Il va droit à l’essentiel, dans une démarche technique aussi minimaliste que diaboliquement efficace.

Le comportement dynamique est de premier ordre et favorise la lisibilité des messages complexes. Le suivi rythmique est un modèle du genre. Avec beaucoup de précision même lorsque les lignes mélodiques s’entremêlent. L’intégré Hegel RÖST va vous embarquer dans des écoutes particulièrement enthousiasmantes et savoureuses. Aucun genre musical ne lui donne du fil à retordre.

L’ampli possède trois entrées analogiques, dont une symétrique sur XLR. En numérique, le Röst n’exploite pas le DSD, mais fait des prouesses avec le PCM. Il dispose de 3 entrées optiques et 1 coaxiale, de plus Hegel nous gratifie de l’Airplay ( UPnP/DLNA ). L’entrée USB, quand a elle utilise une puce Tenor TE7022, cette dernière étant limité à 96 kHz sous 24 bits, mais le Röst utilise un SRC ( Sample Rate Converter ) pour convertir le signal entrant en 24 bits/192 kHz.

Cet amplificateur est alimenté par un transformateur torique de 256VA, dont les secondaires sont reliés à deux ponts de diodes et d’un découplage de 40’000μF. Les entrées audio sont, elles, découplées par des condensateurs Muse. Les circuits d’amplification font appel à un push-pull par canal de transistors bipolaires Toshiba 2SA2121/2SC5949. On retrouve avec beaucoup de plaisir cette insolente santé du nouveau Sound Engine, qui fait qu’un simple 2x 75 watts donne l’impression d’être un moteur qui libère une cavalerie beaucoup plus conséquente. Les watts norvégiens seraient-ils plus percutants que les autres ?

On reconnaît la qualité de fabrication de Hegel toujours irréprochable. Cet intégré possède une petite touche de modernité avec sa finition blanche, de toute beauté. L’écran lisible de loin améliore l’ergonomie du Röst, tout comme la télécommande.

L’équipement technique développé avec une grande maîtrise, le grand nombre d’entrées cumuléesentre l’analogique et le numérique, les qualités musicales du Röst et son ergonomie bien étudiée constituent autant de raison pour fixer le rapport qualité/prix dans le créneau du « très favorable » à « aubaine ». Le Röst sonne de manière admirable, voire époustouflante dans sa gamme de prix. Il n’est pas très puissant, aussi il faudra faire attention aux choix des enceintes, afin de profiter au mieux des performances de cette amplificateur.

Publié le

Hegel – HD30

Le HD30 est le DAC de référence de la marque Hegel.

Ce DAC propose 8 entrées numériques. Cinq au format S/PDIF, soit une RCA et une BNC et trois optiques Toslink. Une XLR au standard AES/EBU sous 110 ohms. Outre les entrées classiques de tout DAC, le constructeur a également prévu le raccordement à un réseau domestique au standard Ethernet via une RJ45, on pourra donc relier le HD30 à un ordinateur, à un disque dur isolé ou un NAS ou toute autre connexion à un réseau domestique,  plus la prise en charge des protocoles de streaming Apple AirPlay, sans oublier bien sur une entrée USB compatible 24bits/192Khz et DSD64/128.

À l’instar de nombreux maillons du constructeur Norvégien, un écran à LED bleues trône au milieu de la façade, il affiche, à gauche, le nom de la source sélectionnée et, à droite, le volume de sortie fixe ou variable, cette facilité ajoute la fonction de préamplificateur numérique.

Le Hegel utilise deux transformateurs toriques, logés dans un compartiment blindé. Ils alimentent les sections analogique et numérique indépendamment l’une de l’autre. Après redressement et lissage totalisant pas moins de 54’000µF, les différents étages du HD30 sont isolés les uns des autres, au moyen de treize circuits de régulation en tension. Cette astuce contribue à la qualité sonore, en évitant les interférences d’un circuit à l’autre. La conversion numérique fait appel au mode double différentiel, chaque canal disposant d’un excellent Asahi Kasei AK4490EQ, acceptant le format PCM jusqu’à 768kHz de fréquence d’échantillonnage et détecte jusqu’au DSD 256, le tout profitant d’un traitement interne sous 32 bits. Les deux AK4490EQ gèrent l’ajustement du volume de l’Hegel HD30 sans dégradation de la résolution des signaux numériques. Ses sorties ne nécessitent pas de conversion courant/tension externe. Le filtre passe-bas analogique est un assemblage d’amplificateurs opérationnels de chez Texas LME49720 pour les sorties asymétriques, tandis que les symétriques emploient une paire de Burr-Brown OPA 827 par canal, à base de transistors bipolaires, une débauche technologique efficace, en termes de musicalité.

Cet Hegel HD30 s’est joué de toutes les plages difficiles. Il domine tous les genres musicaux, avec tact, élégance et haute-définition. L’éventail tonal bigarré et l’expressivité empreinte d’authenticité qui émanent de cette électronique confèrent beaucoup de véracité à la restitution. La technique au service de la musique.

Le HD30 illustre le bien-fondé de chaque choix technique défini par la marque, ce qui fait de lui un maillon de référence. Le constructeur norvégien Hegel s’installe durablement et confortablement dans la hiérarchie des DAC de haut de gamme.

Fiche Technique : 
Convertisseur AKM AK4499 – 32 bits/192 kHz – Dual Mono
Compatible 24bits/192kHz sur entrées SPDIF
Compatible 24bits/192kHz sur USB – DSD64 / 128
Niveau de sortie : 2.6V RMS
Réponse en fréquence : 0Hz – 50kHz
Réponse en phase : Filtre analogique à phase linéaire
Bruit plancher : -150dB
Distorsion : moins de 0,0005%

Entrées Numériques :
1 USB Type B – 24 bits / 192kHz – DSD64 / 128
1 Ethernet – 24 bits / 192Khz
1 Coaxiale – 75Ω – 24bits / 192 Khz
1 BNC – 75Ω – 24bits / 192 Khz
1 AES/EBU – 110Ω – 24bits / 192 Khz
3 Optique – 24bits / 192 Khz

Sorties :
1 RCA – Variable
1 XLR – Variable

Compatible AirPlay et lecture réseau via UPnP
Horloge maitre haute précision à très faible jitter
Filtrage analogique sur sorties RCA et XLR
Blindage de la carte réseau
2x Transformateurs toriques
Condensateurs 54 000 µF
Télécommande incluse
Largeur : 430
Hauteur : 100
Profondeur : 310
Poids : 6,5 kg